dimanche 27 avril 2014

CHATEAUNEUF DE RANDON et ses foires


Les quatre premières foires de Chateauneuf de randon furent créées en 1542 par François 1er, roi de France.



Elles ont lieu le Lundi qui précède le Dimanche des Rameaux, puis le 26 Juillet, le 21 Août et le 9 Octobre de chaque année.

Chateauneuf était la "capitale" pour les paysans des alentours et surtout pour les "Maquignons" qui venaient de l'Auverge, du Rouerge et surtout du Bas Languedoc.

Les jours de foires, dans le village, s'ouvraient comme par miracle, 25 cabarets et auberges durant 2 ou 3 jours dans lesquels les filles servaient repas et boissons.


Région Languedoc Roussilllon - Département Lozère



Nombre d'entre eux arrivaient la veille de la foire pour s'installer .
Les auberges, les cafés, les hôtels regorgeaient de monde.
Tous les marchands mangeaient, buvaient et dégustaient les plats traditionnels : "la flèque" (ragoût de pommes de terre) ou les "manouls" (tripoux) .


Au début du XXème siecle, il y avait 16 foires dans l'année :

- 13 Janvier (achat du cochon pour les conserves de l'année)
- 1er lundi du Février et 19 Février
- 1er lundi de Mars et 19 Mars
- 1er lundi d'Avril et 19 Avril
- 2ème Mercredi de Mai et Mercredi avant la Saint Jean
- 26 Juillet - 20 Août - 22 Septembre - 9 Octobre - 
- Mercredi avant la Saint André pour Novembre
- Mercredi avant Nöel pour Décembre






en 1944, il y a 18 foires par an à Chateauneuf de Randon.
C'était l'occasion pour les paysans de se rencontrer et de faire leurs affaires.

Les Familles NEGRE et  ROUX, étaient Maréchaux-ferrants à Chateauneuf.
Ces foires étaient pour elles, une source importante  de travail.





la place de Chateauneuf avec la statue de Duguesclin







Un peu de poésie ne peux pas faire  de mal ...




sources : commune de Chateauneuf , monographie de Geneviève Broux-Roudil






















lundi 21 avril 2014

Tante ANGELE et ses trois maris




Tout en préparant l'arbre de la famille REIX pour la future cousinade, je me suis aperçue que j'avais omis de rechercher les actes de mariage  de plusieurs frères et soeurs de ma grand -mère Léontine.
Les  mariages ont eu lieu à  la mairie du 18ème arrondissement à Paris , à Saint Ouen et à Saint Denis.

J'avais déjà remarqué que Marie Angèle née le  19 Août 1886 à Amiens,  s'était mariée 3 fois.

Je l'ai connue, enfant, alors qu'elle était concierge dans un bel immeuble de Montparnasse.



Elle se marie à l'âge de 24 ans, le 7 Mai 1910 à la mairie du 18ème arrondissement, avec Léon WALLET, ébéniste.
Ils auront 1 garçon. (qui est décédé en 2012 à l'âge de 100 ans)
Léon décède le 25 Avril 1917 (peut être des suites de la guerre)


Angèle se remarie le 2 Février 1924, à l'âge de 38 ans, dans la même mairie
avec PIERRE PAUL LONNE qui a 30ans ,mécanicien,  natif des  Hautes Pyrénées.
Je ne connais pas la date de son décès.






Son troisième mariage a lieu le 16 Février 1935, toujours à la mairie du 18ème.
avec VICTOR ALEXANDRE CHESNEL , veuf , fondeur, né le 2 Août 1873 à Nanterre.
Il a 61 ans et elle 49ans ....
Elle sera à nouveau veuve.





Elle ne se remariera pas, avec son 4ème compagnon ...





Voici la photo du troisième  mariage en 1935. Du moins, je crois... le marié n'a pas l'air  très
 jeune !!!!

Où l'on peut reconnaître : ses parents Marc et Marguerite Reix,  quelques unes des soeurs d'Angèle avec leurs beaux chapeaux, ses frères et aussi  Georges Loumiet avec son visage de bon vivant..

p.s. j'attends encore quelques actes des mairies.















mercredi 2 avril 2014

#GENEATHEME : AVRIL, le mois des Ancètres

LA BASILIQUE du SACRE COEUR DE MONTMARTRE    

                          ALEXIS et EMILE LOUMIET





Le Sacré-Coeur est un monument exceptionel : il marque le ciel parisien par ses proportions colossales ; ce n'est pas une église paroissiale, mais une église de pélerinage vouée à la prière perpétuelle, mais  sa fondation suscita un débat politique à l'Assemblée Nationale.

Sa création s'inscrit dans un contexte histotique dramatique : Onze mois de guerre contre la Prusse, puis la répression de la Commune le 29 Mai 1871.

Durant l'hiver 1870, se développa le culte du Sacré Coeur profondément associé à l'armée catholique et royale de Vendée.
Cet élan de rédemption toucha Alexandre Legentil qui fit le voeu de consacrer une église au Sacré Coeur de Paris.
Les jésuites, Legentil et Hubert Rohaut de Fleury rédigèrent un voeu national : "...nous promettons de contribuer à l'érection  à Paris d'un sanctuaire dédié au Sacré Coeur de Jésus".

L'évêque de Paris, Mgr Guibert choisit Montmartre  pour la butte culminante à 127m qui forme une éminence visible de tous les points de la capitale. La tradition y fixant le martyre de Saint Denis, le site pouvait symboliser le berceau de la religion chrétienne.

Mais l'évêque se heurta aux propriétaires qui ne voulaient pas vendre leurs terrains.
Le 11 Juillet 1873, Emile Kéler déposa à l'Assemblée Nationale, à majorité monarchiste, un rapport sur le projet de loi tendant à déclarer d'utilité publique la construction de l'église.

Les débats à l'Assemblée furent houleux.
Anthime Corbon pris la parole : 
L'orsqu'il s'agit d'établir à Paris,  dans ce grand foyer de la révolution et de la libre pensée, sur le point culminant de la capitale et dans le quartier qui est , l'un des centres les plus ardents de l'insurrection, l'effet que vous attendez est celui-ci : mettre là un symbole du triomphe de l'Eglise sur la révolutation"

Le monarchiste Caseove de Pradines :
"Oui, messieurs, l'église de Montmartre ne sera pas seulement une protestation éclatante contre les crimes de la Commune, elle sera surtout un signe de paix et de concorde"
(journal officiel du 23 Juillet 1873)

Le scrutin eut lieu le 24 Juillet 1873, l'expropriation publique fut adoptée par 393 voix contre 164.

La première pierre fut posée le 16 Juin 1875 en présence du Maréchal Président Mac-Mahon.

Les architectes choisis furent : Paul ABADIE, Honoré DAUMET, Henri RAULINE qui conçut la grande coupole, Lucien MAGNE qui dressa les plans du clocher pour y loger la monumentale cloche, la Savoyarde,  et son fils Henri Marcel élabora le mobilier et la décoration. Enfin, Louis Jean HULOT exécuta les sculptures ornementales et termina la crypte.

La basilique inaugurée partiellement le 19 Novembre 1886 et fut consacrée le 16 Octobre 1919.


le sacré coeur en construction




ALEXIS LOUMIET (sosa 12g4) mon arrière grand père maternel, est sculpteur sur pierre
son fil EMILE (sosa 6g3) est staffeur, mouleur, ornemaniste.
ils vivent  à Bordeaux.

A partir de 1910, je  retrouve la famille  à Paris , 1 rue du Mont Cenis,  chez Marc REIX le beau frère d'Alexis.

Ont-ils collaborés tous les deux , à la décoration du Sacré Coeur  ?
l'histoire familiale ne le dit pas, mais leurs métiers pourraient bien  le suggérer...

Emile se mariera avec sa cousine Léontine REIX le 23 Mai 1911 à Paris 18ème.



journal paroissial 1902


sources : Gallica - Le Guide du Promeneur du 18ème arrondissement.