vendredi 20 octobre 2017

#GENEATHEMES : Cent mots pour ISABEAU

ISABEAU.  (origine : Elisabeth )

Mes plus anciens ancêtres de l'arbre de ma famille NEGRE , de Saint Léger de Peyre (Lozère) sont Jean et Agnès RATABONNE. (sosa256g9) vers 1630.
Ils donneront ce beau prénom médiévial à leur première fille.

Leur fils PIERRE marié a Catherine QUINTIN choisiront également ce prénom pour leur fille aînée en 1694.

Mais il existe aussi ISABEAU  LOUMIET née à Saint Goin (Béarn) par hasard, puisque aucun autre membre de cette famille a vécu dans ce village.(acte de naissance perdu)
L'acte de décès  du 2 Avril 1806 à Langoiran (Gironde)  indique qu'elle est l'épouse de Pierre Eyraud, vigneron.


"L'an mille huit cent six et le deux du mois d'Avril pardevant nous adjoint du maire faisant les fonctions d'officier de l'état civil de la commune de Langoiran canton de Cadillac département de la Gironde sont comparus Charles Bouteret ,tonnelier, âgé de 45ans et Joseph Meynard, vigneron âgé de 46ans, lesquels nous ont déclaré que vers six à sept heures, Isabeau Loumiet épouse de Pierre Eyraud, vigneron, âgée de soixante dix ans est décédée chez elle , village du goin,sus dite commune, iceux témoins ne signerons, lecture leur a été faite...signé Dumat adjoint."

C'est le seul acte que je possède.
Pourrais-je, un jour prochain,  l'accueillir sur mon arbre ?



Sources: AD Gironde - Wikipedia.
















samedi 14 octobre 2017

Monsieur LAFFITTE organise une fête

Lors des dernières Journées du Patrimoine, j'ai accueilli les visiteurs du Musée Communal de Verrières le Buisson qui présentait une belle exposition sur le thème "Les écoles de Verrières de Jules Ferry à nos jours" avec la reconstitution d'une classe d'école à l'ancienne.




Exposition Musée de Verrières


J'en ai profité pour feuilleter un livre édité par l'Historique de Verrières : L'instruction primaire des écoles de France et de Verrières le Buisson"

Voici le texte d'une lettre originale :

Monsieur LAFFITTE, ancien maire de Verrières, organise une fête.
Le 18 Juin 1843 une fête est donnée par Monsieur Laffitte aux habitants de Verrrières :

"Monsieur Laffitte voulant témoigner aux habitants et aux enfants de la commune de Verrières toute la satisfication qu'il a éprouvée de la manière toute aimable avec laquelle la jeunesse de Verrières a accueilli Mr et Mme Aubernon, ses petits enfants, le jour de leur mariage, me charge de vous inviter à vouloir bien accepter l'invitation qu'il vous fait, par mon organe, d'assister à un bal qu'il donne le Dimanche 25 Juin courant.
Ce bal commencera à 8h1/2 du soir et une bombe tirée à cette même heure en annoncera l'ouverture.

Mes chers concitoyens, Mr Laffitte nous honorant de son invitation, nous devons y répondre par notre présence et nous montrer dignes par notre maintien, de l'honneur qu'il nous fait.
Cette fête devant être honorée par la présence de notre préfet, ce sera un double motif pour que chacun se fasse un devoir d'y venir en habit de fête et s'y conduire de manière à justifier de la bonne opinion que la Commune a acquise dans le canton par l'aménité et la douceur de ses moeurs.
Chaque mère de famille devra veiller sur ses enfants et ne point permettre qu'aucune dégradation ni qu'aucun larcin ne soit commis dans l'intérieur du parc que Mr Laffitte laisse en quelque sorte à la discrétion de la Commune pendant la fête.
Chaque assistant aura à coeur de veiller réciproquement à ce qu'aucun désordre ne se fasse remarquer et à ce qu'il sont réprimé immédiatement dans le cas où, contre toute attente, il venait à s'en commettre sur quelque point.

Douze sapeurs pompiers en habit et sabre seulement seront constamment là pour prévenir les accidents d'incendie et pour prêter main-forte au bon ordre s'il en était besoin.

Monsieur Laffitte me charge de vous dire qu'il sera heureux de recevoir chez lui toute la Commune toute entière et il recommande surtout aux habitants qu'avant de quitter leur domicile, chacun prenne toutes les précautions nécessaires et qu'il ferme bien ses portes pour éviter d'être volé pendant qu'il s'amuserait.

La fête étant donnée à la Commune seule il est interdit a tout étranger de s'y présenter à moins que ce ne soit sous le patronage d'une personne invitée par lettre.

Le garde champêtre et les hommes de garde sont chargés de veiller à la stricte exécution de cette mesure"





Anémite : « Douceur accompagnée de grâce et de politesse », dit le Littré).

sources :photo personnelle