vendredi 16 mars 2018

UN ANCETRE PAR HASARD

Dans ce nouvel article, je pars à la découverte de la vie de CATHERINE LESCURE et de sa famille.   

Catherine est née le 9 Juillet 1821 à Cadillac (Gironde) , ses parents sont Benoît Lescure, cordonnier et Marie Viaud  (dont j'ai pu reconstituer l'ascendance grâce à une cousine Généanet)

Elle est mariée avec Jean LOUMIET le 18 Novembre 1845 à Langoiran à l'âge de 24 ans.
Les parents de Jean sont Antoine, tonnelier et Magdeleine Lataste.



Carte de Cassini


Catherine est sage femme.
Elle met au monde les nouveaux nés du village et son époux qui est charpentier de navire travaille au village du Tourne sur les bords de la Garonne où se situent les chantiers navals.


AD Gironde





Leur premier fils, Guillaume naît le 12 Juillet 1846 à Langoiran.
Cet enfant fait partie de mes "invisibles" car je ne  possède  que l'acte de naissance.

Je n'en sais pas beaucoup plus sur le deuxième enfant, Madeleine qui  naît le 17 Octobre 1847 et décède le 8 Janvier 1873 à l'âge de 25 ans.

Françoise qui est née le 18 Mai 1849, ne vivra que  2 mois.

Giles , leur 4ème enfant vient au monde le 8 Novembre 1852. Les témoins de cette naissance, sont Raymond Durat, instituteur et Hubert Bordes , bottier.

signature de Raymond Durat AD Gironde



Sur sa fiche matricule n° 2265 classe 1872, j'apprend que Giles se préparait à être ecclésiastique.
Il est exempté de service militaire car il est séminariste et élève ecclésiastique.
Mais, le 13 Janvier 1877, il renonce à sa dispense et devient appelé au 144ème régiment d'infanterie où il est nommé : Caporal fourrier, sergent fourrier, sergent, sergent major et enfin adjudant en 1880.


AD Gironde


Il se marie à l'âge de 30 ans avec Catherine Maria Mally BERTIN qui est tailleuse de pierre comme son père.
Sur le contrat de mariage, il est indiqué la liste de tous ses outils et du matériel qui constitue son atelier. (très peu lisible pour le copier sur le blog)
Gilles devient  commis greffier au tribunal de Bordeaux.



Son nom apparaît de nombreuses fois dans la rubrique "faits divers" des journaux Bordelais et repris par les journaux nationaux.


Le couple aura  quatre enfants dont Roger, qui a été un héros de l'aviation lors de la guerre de 14-18.




En 1887, Giles s'installe à Périgueux (Dordogne) où il rejoint son frère :

Ferdinand qui est né en 1859 (acte de naissance non trouvé)
en 1874, il est commis greffier puis greffier au Tribunal de Périgueux.

Il se marie avec Marie Berthin (acte non trouvé à Bordeaux et Périgueux) .
Leur fils Jacques naîtra le 19 Novembre 1887.

Le recensement de 1891 à Périgueux indique :
Loumiet Ferdinand 38 ans commis greffier
Berthin Marie 31 ans
Loumiet Jacques 3 ans
Lescure Catherine  69 ans -grand mère
Berthin Catherine - belle mère


Qui est amateur photographe, Giles ou Ferdinand ?

Guillaume est le 5ème enfant de Jean et Catherine.
né le 18 Janvier 1857, il est charpentier de navire comme son père, au port de Langoiran.
Il se marie avec Jeanne Trépeau le 4 Février 1879 à St Médard de Guizière.

Ils auront deux enfants : Thérèse (j'ai découvert sa descendance grâce à une cousine Généanet) et Jean qui sera le meilleur ami de mon grand père Emile Loumiet.


Jean Loumiet en 1911

En 1888 ils vivent à Lormont, puis s'installent à Cenon. Guillaume devient buraliste et organisateur des festivités du quartier.






Enfin, le 7ème enfant, Jacques, naît le 3 Avril 1863 à Langoiran.
Il est appareilleur. 
Son mariage a lieu à Périgueux où vivent ses deux frères, le 20 Octobre 1888 avec Marie Alice Lacoste dont le père est également appareilleur.
en 1894 il devient surveillant de travaux puis entre aux Chemins de fer du Midi comme chef de district. (les archives des Cheminots n'ont pas trouvé de documents le concernant).

Le couple à deux enfants : Gaston qui est cheminot 
J'ai le plaisir de connaître son fils Jacques .
et Perine restée vivre à Bordeaux.

Jean Loumiet est décédé à Cenon le 20.02.1909 à l'âge de 86 ans.
La sépulture a été achetée par ses soins mais Catherine Lescure qui  est décédée avant son époux, ne si trouve pas.
(je n'ai pas trouvé l'acte de décès)




une belle signature sur les actes de Langoiran en 1846

sources : AD Gironde, Gallica, photo privées.