samedi 28 juin 2014

BONNES VACANCES



RENDEZ-VOUS EN SEPTEMBRE POUR DE NOUVELLES DECOUVERTES...



 Village de Grillon
Enclave des Papes - Vaucluse







sources :photo personnelle.



dimanche 22 juin 2014

UN AUVERGNAT DE PARIS ...suite

Voici deux photos :



Il s'agit de Alphonse Laroche et Marcelline Régnier dans leur brasserie, les membres du personnel et des clients.
Le percolateur est d'époque !!!






je ne reconnais personne, mais l'on peut remarquer les tenues vestimentaires, les chignons des dames et le reflet sur la vitre du magasin où l'on voit des hommes à casquette.



Les Bougnats

Un bougnat est un émmigrant installé à Paris.
Il est originaire du Massif Central, et plus précisément de l'Aubrac, de la Viadème , des Monts du Cantal de la Planèze et de la vallée du Lot.

Après avoir exercé la profession de porteur d'eau pour les bains au XIXème siècle, les bougnats vont s'orienter progressivement dans le commerce du bois et du charbon livré à domicile ainsi que dans les débits de boisson (vin et limonade) 

Cette reconversion se fit au Second Empire quand le réseau d'alimentation en eau de la Capitale commença à desservir les étages des immeubles.

Les parisiens les appellent "bougnats" à partir de cette époque .
Le mari livrait le charbon tandis que son épouse servait les clients. Ils étaient installés dans les quartiers populaires de Paris avec une enseigne "Vins et Charbons"

Durs au travail et formant une communauté très soudée, beaucoup d'entre eux connaîtrons de belles réussites.






sources : photos personnelles, wikipedia.










dimanche 15 juin 2014

UN AUVERGNAT DE PARIS

ALPHONSE LAROCHE est un auvergnat de Paris.

Voici son portrait :


Alphonse est né le 25 Février 1872 dans l'auberge de Monsieur Marsillon à Saint Florent (deux-sèvres)

Ses parents  Jean Laroche et Françoise Anglade étaient marchands forains originaires de Saint Dier d'Auvergne (Puy de Dome)

en 1904, il est limonadier à Ivry sur Seine (94)

Alphonse Laroche se marie le 4 Février 1904 à Paris 13ème avec Marcelline REGNIER (soeur de ma grand-mère paternelle)

leur témoins sont :
Jean Dongeix,24 ans ,  limonadier rue de Tolbiac à Paris
Albert Palanger ,33 ans, coiffeur rue des Tournelles
Auguste Régnier, 30 ans , imprimeur, rue de Choisy, frère aîné de l'épouse
Auguste Chevreau 31ans , bourrelier, rue Saint Charles


en 1909, Alphonse Laroche et son épouse, sont gérants (ou propriétaires ?) d'un hôtel restaurant situé 37 rue Vauvilliers Paris 1er (quartier des Halles)

Dans cet établissement travaillent :

Angèle Régnier : femme de chambre                      }  mariés le 17 Juillet 1909 Paris 1er
Jean Baptiste Nègre :garçon de café et Lozèrien  }
mes grands parents

Constance Régnier : cuisinière                                  } mariés le 2 Juillet 1908 Paris 1er
Oswald Louis Bigot: garçon limonadier                    }


 dans le reflet de la glace, on peut distignuer le comptoir du bar.
lire mon article : Un Trésor du 13.03.2013



Vers 1912, le couple est devenu propriétaire d'une grande brasserie parisienne .

LE BAR DE L'ETOILE  avenue de la Grande Armée Paris 16ème
Cette brasserie est ouverte sans discontinuer  du matin 5 heures au lendemain matin à 3 heures.


Ont peut imaginer l'ambiance parisienne d'avant la guerre de 14, avec les bourgeois en goguette et les artistes venant terminer la nuit en bonne compagnie.




l'avenue en 1902

Ils vendent cet établissement pour s'installer Place d'Anvers au pied de la butte Montmartre.
La brasserie s'appelle Les Oiseaux, elle existe toujours.





Marcelline a tenu son rôle de patronne de ces brasseries et a secondé courageusement son mari.

A son décès prématuré, Alphonse Laroche vend ses biens.
 
Il décède à Paris 18ème le 12 Décembre 1956.


Une vie d'auvergnat de Paris bien remplie.


*****

Un peu d'histoire

Les Auvergnats de Paris sont "montés" à Paris à partir de la fin du 18ème siècle.
De nombreuses Associations, Ligues, Fédérations sont  fondées sur l'entraide et la solidarité, le folklore, la fidélité aux racines, la culture et l'attachement au pays natal.
Louis BONNET créé en 1886 , le journal L'Auvergnat de Paris qui est toujours publié.



sources : photos  et cartes postales personnelles - wikipedia - le journal l'Auvergat de Paris.








samedi 7 juin 2014

#GENEATHEME : Guerre de 1939-45. Neuvy sur Loire




"La fin de la guerre approchait. Les Allemands circulaient en désordre en direction du nord-est.
Déjà, nous nous réjouissiont de l'imminente libération de la Patrie en nous félicitant d'avoir traversé
sans trop de dommages la guerre, quand la catastrophe arriva :
Par trois fois, le 17 Juillet, le 2 Août et le 7 Août , les bombes déversées sur le village, le détruisant en
grande partie et causant 130 morts.

Le Lundi 17 Juillet 1944, à 11 heures du matin , des forteresses volantes américaines passant dans le ciel
de Neuvy larguèrent soudaint leurs bombes d'une hauteur d'environ 5 à 6000m.
L'évènement était tellement inattendu que beaucoup de malheureux furent tués alors, que les yeux vers
le ciel, ils admiraient les avions.
150 bombes d'une tonne en moyenne s'abattirent sur le pays sur une durée de 3 ou 4 minutes.

Vers midi, alors que les survivants, revenu de leur stupeur commençaient à organiser le sauvetage, des
avions de chasse apparurent pour prendre en chasse des trains allemands en gare.
Pendant trois quarts d'heure, ce fut infernal. Les trains furent incendiés et complètement détruits, mais le
bombardement fit 40 morts, une soixantaine de blessés et une partie du village en ruine.

Le 2 Août 1944, vers 5 heures de l'après midi, les oiseaux de malheur revinrent.
300 bombes anéantirent le village. On retira des ruines plus de 80 morts et environ 120 blessés.

Le Vendredi 4 Août, les secours arrivèrent ; Monsieur le préfet, Monseigneur l'Evêque.
Etant donné qu'il n'y avait plus de commerçants, ni jardins, on décida d'évacuer les habitants vers d'autres villages limitrophes.Le 5 Août, le village était vidé. C'était une pays mort.

De nombreux bâtiments anciens furent démolis : le château du XV siècle, la chapelle de St Hubert du XVI ème siècle avec sa belle cloche du XVIIème siècle et ses vitraux.

Le Lundi 7 à 14 heures, Neuvy subissait son troisième bombardement.

Le bilan des bombardements, se soldait par 130 morts, 70 immeubles détruits et 97% des maisons  plus
ou moins endommagées.

En 1945, Neuvy se repeuple doucement et en 1946, la population est d'environ 900 habitants."

Extrait du texte écrit par  l'Abbé Châtillon, curé de Neuvy.


Monument aux morts de Neuvy


CONSTANCE REGNIER, soeur de ma grand mère , Charlotte LAROCHE, cousine et trois femmes de la famille ROUSSELLE, amies de la famille, perdirent la vie le 2 Août 1944 à Neuvy sur Loire.




*****
sources : site de la Commune de Neuvy sur Loire -Nièvre.
                  photos personnelles