samedi 10 octobre 2015

NAISSANCE D'UNE DYNASTIE FAMILIALE

La FAMILLE VILMORIN ANDRIEUX



JACQUES LEVESQUE de VILMORIN, cultivateur, se marie en 1702 avec Marie JACQUES
Ils eurent 10 enfants, dont le dernier PHILIPPE VICTOIRE né le 22 Décembre 1746 dans un village de Lorraine.


Il avait 13 ans lorsque son  père décède. Heureusement ses parrain et marraine avaient une certaine aisance et ils envoyèrent Philippe -Victoire faire des études de botanique et médecine.

il eut l'occasion de se lier d'amitié avec Pierre d'ANDRIEUX, 
Celui ci, passionné de botanique et de culture des plantes, avait épousé le 1er Mars 1745 Claude GEOFFROY maîtresse grainière. Ses parents étaient propriétaires d'une maison de vente de graines qui portait l'enseigne "Au coq de bonne foy".

Un peu avant 1771, Pierre d'ANDRIEUX a commencé à publier des catalogues raisonnés de graines, plantes et arbres et est devenu le grainier et botaniste de Louis XV.

Il donne sa fille ADELAIDE d'ANDRIEUX  qui est également maîtresse grainière, en mariage à PHILIPPE-VICTOIRE LEVESQUE de VILMORIN le 14 Juillet 1774, qui  est devenu le principal collaborateur de Pierre d'Andrieux et après son décès en 1779, Il deviendra propriétaire de l'entreprise qui prendra le nom de Maison ANDRIEUX et VILMORIN.

Philippe Victoire fut, en France, le véritable créateur du commerce des graines potagères agricoles et forestières et eut l'idée de vulgariser les cultures de plantes et jardins botaniques

Ses descendants furent tous botanistes et certains d'entre eux sont mondialement connus.






La Commune de Verrières le Buisson -Essonne- fête cette année le Bicentenaire de l'installation de l'Entreprise VILMORIN ANDRIEUX en 1815.

Plus de 1000 personnes travaillaient dans cette entreprise dont de nombreux Verrierois.

Sur Gallica, vous pourrez lire un article complet : "Vilmorin, une maison, une famille"





Ma famille est venue habiter à Verrières le Buisson en 1961.
J'ai connu les champs de fleurs de toutes sortes qui fleurissaient jusqu'à obtenir les graines.








sources : avec l'aimable autorisation de Michel Colonna Ceccaldi, auteur de cet ouvrage.