vendredi 29 septembre 2017

MA DERNIERE TROUVAILLE

Un soir de cette semaine, je suis partie à la recherche d'un acte de mariage qui a eu lieu à Guitres - Gironde vers 1780.

En feuilletant les pages des actes paroissiaux , je trouve une lettre en trois parties sans date, mais qui a du être écrite durant la révolution adressée au Citoyen Beylot marchand de bois demeurant à Guitres :







Citoyen et ami

J'ai appris  avec beaucoup de peine par le Citoyen Bayonne marchand de bois, que vous étiez malade, mais que vous alliez mieux ce qui me fait bien plaisir.
Je souhaite que ça continue ...ainsi qu'un prompt rétablissement.

En même temps, c'est pour vous prier d'avoir la bonté de me procurer l'extrait mortuaire d'une petite fille qui est morte en nourrice dans la paroisse de Guitres, il y a environ 18 à 19ans.
Elle s'appelait Louise Boyé, fille légitime de feu Théodore Boyé et de Marie Ory sa mère.
l'enfant était née dans la paroisse de Saint Seurin.
Obligé moi de me l'envoyer le plus promptement possible pour le remboursement de ce qu'il vous a coûté.

Voulez vous avec la bonté, de me promettre que vous vous procuriez une servante, je pense que votre maladie vous empêche de vous en occuper.
Comme je vous ai parlé, si vous pouvez en trouver une, vous me feriez plaisir et jusqu'à ce que j'ai reçu votre réponse, ....

Moi et ma femme vous désirons en parfait rétablissement et vous prions de faire agréer à votre épouse notre civilité ainsi qu'à votre ...famille.

Votre concitoyen Surtinville

Aubergiste demeurant à l'entrée de la rue St Rémy dans le Grand Cul de face n°1 à l'enseigne de la Ville de Phalsbourg à Bordeaux.

Donnez moi, je vous prie réponse de suite vous obligerait.


*****

Cette lettre cache trois pages d'actes et peut être celui du décès de cet enfant.



une jolie vue du village de Guitres sur les bords de l'Isle.

sources : AD Gironde - commune de Guitres