dimanche 9 mars 2014

# GENEATHEME : UN DOCUMENT


La Guerre de 1939-1945 (suite de l'article du 5 Février )

Lorque mon père Maurice Nègre a été fait prisonnier par les Allemands, il s'est retrouvé dans le Stalag XII puis XIID
comme  Jean Paul Sartre.


Recto
verso
                              carte adressée du camp de prisonnier  à sa mère (non datée)




Jean Paul Sartre  soldat
Fiche militaire de J.P. Sartre


Jean-Paul Sartre, né le 21 juin 1905 et mort le 15 avril 1980 à Paris, est un écrivain de langue française,philosophe politiquement engagé, également dramaturge, romancier, nouvelliste et essayiste.


Voici trois photos des prisonniers du Stalag en représentation trouvées dans l'album familial.







Le monsieur qui se trouve à gauche avec sa pipe, ne serait-il pas Jean Paul Sartre ?  


               

Extrait du rapport de la Croix Rouge sur le Stalag XIIA du 30.10.1943


  Extrait de la synthèse de de la Croix Rouge de Juillet 1944.
  Documents du Service Historique de la Défence à Caen.



Voici le témoignage de Jean Pierre, fils de Maurice :

"Papa a été fait prisonnier, mais auparavant, il a été mobilisé, puis son régiment(133ème régiment d'infanterie) est allé au front.
La veille d'aller au front, les gradés les ont rassemblés et leur ont dit "allez-y si vous voulez, nous , ont part vers Bordeaux"
La plupart des soldats sont partis au front avec un lieutenant et devant l'importance de l'adversaire, il se sont rendus après un bref combat.(fait prisonnier à St Morice près de Blamont le 20.06.1940)
Au Stalag (ou semble t'il se trouvait J.P.Sartre) il a fait du théâtre.
Il s'est évadé une première fois et a été arrêté à la frontière allemande. Une deuxième fois et a été arrêté en France dans l'est, et enfin, une troisième fois et été arrêté à 150kms de Paris, dénoncé par des français qui appartenaient à la Milice.
Il semble que ses deux premières évasions ont été faites avec d'autres prisonniers et la troisième seul.

En Allemagne, il est au Stalag, mais vers la fin de la guerre, il  travaille dans une ferme où il y a plus d'hommes et lui, qui est citadin, a du s'occuper du bétail !! il m'a raconté qu'il devait améner le taureau à la vache et qu'il n'était pas rassuré de tirer cette bête de plusieurs quintaux par une corde accrochée aux naseaux...

Il devait se trouver près d'un camp de travail car il allait sortir des camps, les prisonniers "morts de froid " qu'il essayait de ramener à la vie.

Quant il eu connaissance par la radio, de l'arrivée des Américains, il a quitté le camp et a marché un jour et demi pour les retrouver. Il a été pris en charge pour être amené au train qui partait  pour la  France."

                                                                 *******

sources : Wikipédia photos de J.P.Sartre 





























LES IMPOTS ..suite : un pauvre village de la Margeride



" Messieurs les commissaires sont priés de la part de la communauté d'observer que St Alban est un misérable endroit de traverse au pied de la montagne de la Margeride où il n'y a aucun passage, marchés, ny foires, où il ne se fait par conséquent aucun commerce n'y ayant que quelques marchands revendeurs de quelque peu d'huile ou savon en détail, quelques tisserants pauvres, deux cordonniers , l'un a déjà perdu la vue et l'autre vieux et caduc, quelques mauvais tailleurs qui en font que coudre pour des paizans et ainsi des autres métiers , et que les gens de la dite communauté, les plus riches en général sont très médiocres en biens et la plupart chargés de nombre d'enfants et bebtes, et n'ayant rien recueilli à leur peu de biens les années dernières suivant les verbaux remis devers le greffe du diocèse.
Ce qu'on appelle bourgeois n'ont peut être pas deux cent francs de revenu, charges déduites.
Ce qu'on appelle laboureurs sont gens qui labourent seulement avec des vaches.
Les notaires y sont fort peu occupés, outre qu'ils ont de taxes particulières sur leurs offices, que les hostes ne sont que simples gargottiers incapables de loger un étranger.
En un mot, que c'est une communauté fort pauvre, elle supplie Messieurs les commissaires de leur accorder une diminition de capitation et autres impôts en égard que le plupart ne sont que journaliers , nécessiteux ou mendiants."



source : Rôle de la Capitation C61 St Alban s/Limagnole du 2 Avril 1736. Lozère
document: Archives Nationales