lundi 29 août 2016

Gerre de 14-18 Les Musiciens

Cet été, j'ai eu le plaisir d'entendre une oeuvre chorale pour choeur d'hommes qui s'intitule :
"Aux Aviateurs"  de Camille Saint Saëns , paroles de J. Bonnerot.(secrétaire de Saint Saens).
Voici la partition :




Voici le poême :

"peuple des villes, pour un rêve éternel, laissez là vos tâches serviles et regardez le ciel.
Le vol de la Victoire monte vers le soleil
et dans le siècle et dans l'histoire, trace un sillon vermeil.
Maître des mers et de la terre, ivre d'enchantement , l'homme d'un bond
dans le mystère , fut roi du firmament.
sur deux grandes ailes de toile qui palpitent encor
vers le nuage et vers l'étoile, il a pris son essor.
Il eut ce rêve  et cette audace, au sein des tourbillons,
de suivre d'espace en espace, de suivre un chemin de rayons.
Qu'importe aux vaillants, la tempête, si, par un ciel d'été ,
ils sont partis à la conquête de l'immortalité.

A vos frères des autres mondes, sous des cieux inconnus,
portez les paroles fécondes , car les temps sont venus.
Le battement des ailes blanches, vierges de sang impur,
font les pacifiques revanches, dans la paix de l'azur.

Gloire aux braves entre les braves, aux héros, aux vainqueurs,Gloire aux martyrs,
qui du devoir furent esclaves, fleurs de nos souvenirs.
Gloire à ceux qu'une mort trop brève, a brisés dans leurs bonds ,
sans que l'azur qui fut leur rêve ait couronné leurs fronts.
Gloire dans les âges des âges  aux héros immortels
Qui, bel oiseau d'heureux présages, prit son vol dans le ciel.

loin de la tâche coutumière, énervante prison,
suivez la route de la lumière, franchissez l'horizon !
Et qu'en votre âme à jamais libre, comme s'ouvre une fleur,
une aile enfin s'éveille et vibre , présageant le bonheur.
Plus de barrières, plus de chaînes, aux élans de nos coeurs !
Les espérances sont prochaines et les hommes vainqueurs !

Qu'importe aux braves la tempête, quand sous les feux d'un ciel d'été
ils sont partis à la conquête de l'immortalité !
Peuples des villes, pour un rêve éternel, laissez là vos tâches serviles et regardez le ciel.
Le vol de la Victoire monte vers le soleil
et dans le siècle et dans l'histoire, retrace un sillon vermeil.

Gloire aux braves des braves ! Gloire aux martyrs précieux,
plus de barrières, plus d'entraves, l'homme a conquis les cieux !




 Cette oeuvre m'a fait penser à  Roger Loumiet. (à lire mes différents articles à son sujet)







Voici l'hommage aux musiciens et compositeurs qui se sont retrouvés engagés dans la Grande Guerre.








Maurice Ravel a composé Le Tombeau de Couperin dont il dédit chaque mouvement à l'un de ses amis de Saint Jean de Luz morts au front, dont le mari de Marguerite Long, créatrice de cette oeuvre.



Paul Wittgenstein , pianiste, qui avait perdu le bras droit sur le front Russe, demanda à Maurice Ravel de lui composer une oeuvre pour piano, se fut le Concerto pour la main gauche.



Claude Debussy a composé en Décembre 1915 :" Noël pour les enfants  qui n'ont plus de maisons."
éditions Durand




sources :
wikipedia